FAPPA Mozambique

L’équipe FAPPA Mozambique est menée par Egidio Guambe au Mozambique (Université Eduardo Mondlane), assisté de Belisario Cadmo Machaieie et Collen Chaca (étudiants en administration publique à l’Université Eduardo Mondale), et en France de Rozenn Nakanabo Diallo (LAM-Sciences Po Bordeaux).

Le Mozambique est dans une situation post-conflit : depuis la signature des Accords de paix de 1992, mettant fin au conflit civil entre le Frelimo et la Renamo, les violences réapparaissent régulièrement, et singulièrement depuis 2013. Cela n’empêche pas le pays d’être un chouchou des bailleurs, d’où une présence (classique en Afrique) structurelle de l’aide internationale. Une autre variable importance caractéristique du pays est sa situation d’Etat-parti, au pouvoir depuis l’indépendance, le parti Frelimo se confond largement avec l’appareil de l’Etat, même si les nouvelles générations de fonctionnaires disposent d’une marge de manoeuvre de plus en plus ample vis-à-vis de l’influence partisane.

Dans ce cadre, deux secteurs d’action publique ont été choisis : celui de la conservation de la biodiversité, et celui des énergies renouvelables. Pour répondre aux objectifs généraux de FAPPA, deux entrées ont été retenues : le décalage entre la fabrique et la mise en oeuvre, et la cartographie des acteurs. Cela nous permettra en particulier de tester l’une des conclusions récurrentes de la littérature sur les politiques publiques au Mozambique : le moment de la formulation des politiques publiques serait celui de l’aménagement des conditionnalités des bailleurs, tandis que celui de la mise en oeuvre serait celui de la récupération politique et économique de la part des élites du Frelimo