FAPPA Kenya

Membres de l’équipe : Christian Thibon, Hervé Maupeu, Olivier Provini et Sina Schlimmer

Synthèse du contexte historique et politique

Le Kenya obtient de l’Empire britannique son Indépendance en décembre 1963. Le président Jomo Kenyatta (1964-1978) et son gouvernement mettent en place un système politique basé sur des pratiques néopatrimoniales afin de contrôler, par la KANU (Kenya African National Union), les administrations, le territoire et la compétition politique dans un contexte d’instrumentalisation politique des constructions ethniques et régionales. Ces pratiques se matérialisent notamment par une confusion entre les sphères publiques et privées et sont légitimées par un système de patron-client où J. Kenyatta occupe le haut de la pyramide. Comme l’explique le spécialiste de la vie politique kenyane C. Hornsby, « in this personalised system, an informal asymmetrical exchange of goods and services formed the basis of most political activity. Patrons (politicians, senior civil servants, business elites) offered security (or the threat of its withdrawal) and resources such as jobs and money to their clients by manipulating both their formal authority and informal connections. In turn, their clients would vote for them, support them in their competition with others, allow them preferential access to local resources and offer them physical protection and support […]. Patron-client relations were visible in every aspect of society »[1]. Eu égard à la crise, le nouveau président Daniel ara Moi (1978-2002) dispose de moins de ressources économiques dans les années 1980 pour entretenir et maintenir ce système de redistribution et ces réseaux de clientèles – affaiblissant conjointement la légitimité de l’Etat et du pouvoir. La réduction croissante des ressources de l’Etat entraîne une criminalisation progressive de l’Etat. Ce virage prend forme dans la multiplication des fraudes financières et fiscales devant permettre de trouver de nouvelles ressources. Surtout, depuis la tentative de coup d’Etat de 1982, l’Etat organise un recours systématique à des pratiques violentes par les forces de l’ordre pour maintenir un semblant de stabilité politique – qui se matérialisera, par exemple, par des mobilisations sociales réprimées dans le sang (par exemple dans le secteur de l’enseignement supérieur). Le président D. a. Moi introduit le multipartisme en 1992 et le Kenya connaît sa première alternance dite démocratique en 2002 avec l’élection de Mwai Kibaki (2002-2013) et la NARC (National Rainbow Coalition) qui regroupe une majorité de députés de l’opposition. En poursuivant les logiques de pouvoir de ses prédécesseurs, les deux mandats de M. Kibaki sont, premièrement, marqués par les violences postélectorales de 2007-2008. M. Kibaki est déclaré vainqueur pour entamer un nouveau mandat alors que son principal opposant – Raila Odinga – conteste cette réélection en raison de nombreuses fraudes massives. Les violences et la crainte d’une guerre civile sur le territoire – avec, en filigrane, les problématiques des identités et des inégalités ethniques – entraînent la mort de plus de 1300 personnes et le déplacement d’environ 600 000 citoyens. Les mandats de M. Kibaki sont, deuxièmement, marqués par l’adoption d’une nouvelle Constitution (ou Loi fondamentale) en août 2010, approuvée par référendum. La Constitution engage une vaste politique de « devolution » et créée notamment une chambre haute au Parlement – le Sénat – composée principalement de quarante-sept membres représentant les comtés, une Cour Suprême et une Commission nationale des terres chargée d’examiner les modalités d’acquisition des terres appartenant à l’Etat. Depuis le mois d’avril 2013, le président kenyan est Uhuru Kenyatta – fils de Jomo Kenyatta. La campagne de 2013 a lieu dans un climat de défiance de la communauté internationale alors que la Cour pénale internationale mène une investigation pour crimes contre l’humanité contre Uhuru Kenyatta et William Ruto – qui deviendra le vice-président kenyan – pour leur rôle dans les violences post-électorales de 2008. La Cour pénale internationale abandonne ses poursuites contre le président kenyan en décembre 2014. En 2017, Uhuru Kenyatta est réélu à la présidence kenyane dans un nouveau climat – a minima – de scepticisme suite à l’invalidation de l’élection présidentielle en août et au boycott de R. Odinga, le candidat de l’opposition, quant à la mise en place d’un nouveau scrutin en octobre. Cette nouvelle crise électorale aboutit à la réélection d’U. Kenyatta avec 98% des voix.

[1] HORNSBY, Charles, Kenya. A History Since Independence, New York, I.B. Tauris, 2013, p. 260-261.

Thématiques développées pour FAPPA

*** analyse des politiques publiques dans un Etat néopatrimonial

*** relecture des pratiques clientélistes et néopatrimoniales par l’analyse des politiques publiques

*** réformes foncières

*** réformes de l’enseignement supérieur